Depuis deux ans désormais, mon ami Roger Lunant m’invite en Bourgogne pour pêcher un étang qui héberge de très beaux bébés. Nous nous appelons régulièrement afin de parler de pêche, de notre région et également du climat qui y règne.

 

 

 

Comme un accord, nous choisissons le début du mois d’octobre pour passer quelques jours ensemble, une période que nous savons très intéressante pour berner nos mémères…

 

 Il me fait parvenir tous les renseignements nécessaires et quelques photos alléchantes qui ne me laissent pas indifférent et me font d’ailleurs craquer ! D’autant plus que notre ami commun MICHEL MAHIN fera aussi partie de l’expédition. Le départ est donc prévu un dimanche pour éviter les déboires de la circulation sur l’autoroute, et parcourir les nombreux kilomètres qui me séparent d’un lieu qui va devenir paradisiaque.

 

Arrivés à l’étang

 

 Nous avons à notre disposition des grandes brouettes pour amener notre matériel sur nos postes respectifs. Nous ferons d’ailleurs trois aller et retour de 250 mètres pour y parvenir. Le poste de Michel s’appelle « La plage », Le nôtre : « Le grand paradis ».

 

 

Nous nous y installons en montant  nos campements ainsi qu’un barnum qui va nous servir de coin-repas… Nous terminerons la soirée en discutant et en faisant de plus amples connaissances. Avec Roger nous nous contactions régulièrement par email ou par téléphone. Quant à Michel je l’avais déjà rencontré à de nombreuses reprises… lors des éliminatoires de la coupe du monde (carpe), en enduro et pendant les forums de Montluçon.

 

Nous avons amorcé pour la nuit, mais la pêche ne débutera que lendemain matin.

 

 

La pêche commence

 

Je suis placé à gauche de Roger et j’ai une superficie d’environ 2 hectares à ma disposition. Roger pêche donc sur ma droite, quant à Michel il est à 30 mètres de nous et à une grande partie du plan d’eau a prospecté. Niveau appâts, nous allons utiliser les bouillettes de nos marques respectives, des sticks et des micro-pellets.

 

 

Le temps est pluvieux et les carpes mordeuses. Michel en profite pour nous montrer comment il compte bloquer les carpes sur son poste avec une méthode infaillible. ( Il en parlera lors de l’interview).

 

Une machine de guerre en action

C‘est comme cela que l’appellent certains carpistes, J’ai désormais compris pourquoi. Avec Roger nous réussissons à prendre quelques poissons, mais nous sommes distancés de loin par notre ami Michel qui prend régulièrement bon nombre de carpes, d’esturgeons, amour blanc… Il a en sa possession un appât qui fait de véritables miracles, Il nous en parlera également au cours de l’interview.

 

INTERVIEW d’une légende

 

 

MICHEL MAHIN est pour notre pays ce que Rod Hutchinson est pour l’Angleterre : une des véritables légendes qui resteront toujours gravées dans les esprits de nombreux pêcheurs Français. Cette illustre personnalité, grand tacticien et homme au grand cœur nous a fait l’honneur de participer à l’entretien qui suit…

 

LE CLOWN : bonjour Michel, depuis combien de temps pratiques-tu la pêche ?

 

MICHEL MAHIN : bonjour Le Clown, Je pratique la pêche et essentiellement la carpe depuis l’âge de 12 ans soit plus d’un demi-siècle.

 

LE CLOWN : Je te vois souvent amorcer, toujours à l’écoute d’un saut, à la recherche d’une fouille. Tu te lèves plusieurs fois la nuit pour amorcer ,?

 

MICHEL : Je suis un tacticien. Quand je suis au bord de l’eau il me faut trouver la solution très vite. Si ça ne marche pas je change mon approche tout le temps. C’est vrai que j’observe tout le temps l’eau et les notamment les vents.

 

LE CLOWN : tu m’as montré des montages et des appâts inconnus pour moi.

 

MICHEL : bien sûr ce sont des montages et des appâts que l’on ne trouve pas dans le commerce. Ce sont les fruits de recherches et d’essais dans la durée.

 

LE CLOWN :  que penses-tu de l’évolution de la pêche à la carpe aujourd’hui ?

 

MICHEL : puisqu’on parle de durée avec le temps, le matériel, les appâts, tout a évolué mais l’essentiel c’est / un bon appât au bon endroit ! Chercher encore et encore en pensant au lendemain.

 

LE CLOWN : tu as utilisé pour cette session une pâte qui n’a pas laissé passer beaucoup de carpes sur notre poste. Tu as pris 41 poissons en 5 jours de pêche ! Peux-tu nous parler de cette pâte miracle?

 

MICHEL : c’est une pâte que j’ai commencé à mettre au point il y a une dizaine d’années environ. Ce n’est que maintenant que j’obtiens des résultats n’importe où, avec un grand nombre de carpes prises, souvent en une seule journée. Un ami qui est venu pêcher avec moi dernièrement pour la journée m’a dit :

 

LE CLOWN : pourquoi?

 

MICHEL : J’ai pris 36 carpes et lui 4. La différence est réellement disproportionnée.

 

LE CLOWN : peux-tu nous en dire un petit peu plus sur cette pâte?

 

MICHEL : je l’utilise avec d’autres choses qui sont également placées sur mon hameçon et mon plomb. Je ne peux pas vous en dire plus, sauf que c’est un piège très efficace. Toute carpe qui se trouve à proximité vient se faire prendre.

 

LE CLOWN : Merci Michel  pour ta disponibilité, ta gentillesse et ton partage au bord de l’eau. Je suis vraiment très heureux d’avoir eu l’occasion de pouvoir pêcher à tes côtés et celui de Roger qui lui aussi est un ami formidable.

 

MICHEL MAHIN : ça a été également un plaisir de partager ce moment, de trop rares moments qui comptent énormément dans la vie d’un pêcheur.

 

 

Des poissons en nombre

 

Nous avons enregistré la plupart de nos départs en journée, contre seulement 6 carpes la nuit. ils s’enchainent du matin au soir et notamment au moment de nos repas, où nous avons enregistré beaucoup de touches avec de jolis doublés : 6 poissons de + 20 avec une miroir de 28,400 kilos pour Roger.

 

 

 Toutes ces mémères nous ont vraiment donné beaucoup du fil à retordre, il fallait compter 15 à 16 départs par jour et par pêcheur, je vous laisse imaginer… et par chance ou stratégiquement, nous avons su les garder sur nos postes, malgré le fait qu’ici les carpes naviguent beaucoup habituellement.

 

 

BILAN DE LA SESSION

 

 Une session hors du commun avec beaucoup de poissons en pleine forme (936 kilos pour 79 départs). Peu de décroche et une seule et unique casse. Leurs bouches n’étaient pas abimées grâce aux hameçons sans ardillon et au nylon que nous utilisions.

 

28.400kg

 

 Le cadre était vraiment magnifique, calme, et très bien entretenu. Nous avons effectué une pêche d’équipe en s’entraidant mutuellement, de jour comme de nuit. J’ai découvert deux amis formidables avec qui j’ai passé 5 jours inoubliables. J’étais invité sur cet étang que je ne connaissais pas, et je suis tout de même parvenu à tirer mon épingle du jeu malgré le niveau élevé de MICHEL et ROGER.

 

 

“L’année prochaine c’est à leur tour de venir dans le SUD, où nous les recevront avec grand plaisir.”

 

LE CLOWN